Cette crainte face à la peur est ce qui rend cette peur effrayante ..

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez…
que cette crainte face à la peur est ce qui rend cette peur effrayante.

Pourtant la foi face à la peur supprime la peur, et rend cette peur attrayante. Ce que je veux dire c’est que ce qui est effrayant peut-être beau, si on arrive à le regarder différemment.

Cela demande un changement d’état d’esprit. Cela demande une nouvelle perspective. Cela demande un sens de l’émerveillement dans la vie, de conscience que la vie va dans notre sens, pas contre nous, à aucun niveau. Ou dans des termes un peu plus spirituels, Dieu est toujours de notre côté.

Le processus de maîtrise est donc une acceptation. C’est une acceptation sereine de ce qui est. C’est une non-résistance. C’est une marche tranquille dans le moment présent, en sachant que ce qui arrive est toujours ce qu’il y a de mieux pour nous. Vous y croyez ? Alors, c’est réel.

Avec tout mon amour, votre ami…
Neale

-Jean-Philippe

On this day of your life, I believe God wants you to know…
that fear in the face of the fearsome is what makes the fearsome fearsome.

Yet faith in the face of the fearsome removes the fear, and turns the fearsome handsome. I mean, that which is fearsome can actually be good looking, if we are good at looking at it in a new way.

This takes a change of mind. It takes a new perspective. It takes a sense of wonder in life and an awareness that life itself is working with us, not against us at any level. Or to put it in somewhat more spiritual terms, God is always on our side.

The process of Mastery, then, is one of acceptance. It is a quiet embracing of what is. It is a non-resistance. It is a gentle walking into the moment, knowing that it holds for us, always, what is best for us all ways. Do you believe this? Then it is true.

Love, Your Friend …
Neale

Laisser un commentaire

Résoudre : *
8 + 2 =


2 réflexions au sujet de “Cette crainte face à la peur est ce qui rend cette peur effrayante ..”

  1. Sur une question globale du monde, je le comprends.
    Sur le plan individuel, je suis septique.
    Pas facile, par exemple pour les Ukrainiens de partager cette idée…

    Répondre