Il n’y a que très peu de raisons de critiquer quelqu’un sévèrement

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que la règle est valable dans la sculpture comme à la critique ;
ne jamais couper au couteau ce que vous pouvez couper avec une cuillère.

Charles Buxton a dit cela et il avait raison. Il n’y a
que très peu de raisons de critiquer quelqu’un sévèrement,
la moins bonne d’entre elles serait parce que vous connaissez
une « meilleure manière ».

Des commentaires critiques continuels et tranchants peuvent
profondément saper la confiance chez quelqu’un de cher.
Et n’est-ce pas la dernière chose que vous voudriez faire ?

Avec tout mon amour, votre ami ..
Neale

________________________
« Le premier imbécile venu est capable de critiquer,
de condamner et de se plaindre. Mais il faut
de la noblesse et de la maîtrise de soi
pour comprendre et pardonner. »
– Dale Carnegie –
« Ne critique pas ce que tu ne peux pas comprendre. »
– Bob Dylan –
Voilà typiquement un sujet pour lequel
j’essaie chaque jour d’être un
meilleur moi-même
que celui d’hier ..
-Jean-Philippe

On this day of your life, I believe God wants you to know…
that the rule in carving holds good as to criticism;
never cut with a knife what you can cut with a spoon.

Charles Buxton said that and he was right. There are
very few good reasons to sharply criticize anyone,
least of all your idea that you know a « better way. »

Continual critical comments with an edge can deeply
undercut confidence in a loved one — and isn’t that
the last thing you would want to do?

Love, Your Friend …
Neale

Laisser un commentaire

4 réflexions au sujet de “Il n’y a que très peu de raisons de critiquer quelqu’un sévèrement”

  1. Merci pour tces messages ;
    j’avais coupé les liens qui me reliaient à Dieu, à cause du jugement que je portais sur l’Eglise.
    Et ces textes ont été une sorte de nœud qui à renouer le lien.
    nicole

    Répondre
  2. Bonjour,
    En lisant le titre, de la part de Neale et de Dieu, je suis surprise.
    Voici ce que je me suis dit : « Ah parce qu’il en a ? »
    Je me demande en fait quelles sont les « très peu de raisons de critiquer ». Pour moi, il n’y en a aucune, étant donné que j’associe la critique au jugement et non à l’observation.

    Répondre