La meilleure manière de réussir est d’aider les autres à réussir ..

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez…
que c’est littéralement vrai que la meilleure et la plus rapide manière de réussir est d’aider les autres à réussir.

Napoleon Hill a dit cela et il avait raison. Rien n’assure plus le succès que d’assurer le succès de quelqu’un d’autre. Et il y a quelqu’un qui attend votre aide et votre soutien aujourd’hui.

Portez cette personne vers le haut, accordez-lui du crédit, faites tout votre possible pour aider cette personne à avoir du succès. Et rappelez-vous toujours : quand il y en a assez pour tout le monde, il y en a assez pour vous.

Avec tout mon amour, votre ami…
Neale

Question pour vous :
Pourquoi est-ce ainsi ? pourquoi est-ce qu’aider
quelqu’un à réussir vous assure aussi le succès ?
Quel est le principe de Conversations Avec Dieu
qui explique ce phénomène ?
Laissez votre réponse dans un commentaire !
-Jean-Philippe
Affichez les images dans votre messagerie - Conversations avec Dieu

On this day of your life, I believe God wants you to know…
that it is literally true that you can succeed best and quickest by helping others to succeed.

Napoleon Hill said that, and he was right. Nothing ensures success like ensuring another’s success. And there is someone who is looking for your help and your support today.

Lift that person up, give that person credit, do whatever you can to help that person be a success. And always remember: What goes around, comes around.

Love, Your Friend …
Neale


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Merci de confirmer que vous êtes bien humain ... Temps écoulé, merci de rercharger le calcul

12 réactions sur La meilleure manière de réussir est d’aider les autres à réussir ..

  • FERDIN dit :

    Bonjour, il me semble qu’aider un autre à réussir, nous aide à réussir notre mission d’âme qui se situe toujours dans l’Amour; ceci est à mes yeux le plus beau cadeau qu’on puisse s’offrir.
    Belle vie à chacun(e),
    Brigitte

  • CHANTAL RAJIC dit :

    Aider l’autre, c’est s’aider soi-même.
    C’est s’aider à mieux comprendre et intégrer nos propres talents qui sont illimités. C’est donner à l’autre et partager ce que nous avons déjà réalisé comme une forme de relai.
    En aidant l’autre, on ressent une forme d’accomplissement. Nous n’avançons pas au même rythme. Pour faire humanité, il faut aider chacun à s’élever, tendre la main pour gravir la prochaine marche.

  • Nicole dit :

    ¨Aime Dieu de tout ton coeur et ton prochain comme toi-même¨
    Aimer son prochain comme soi-même, c’est vouloir sa réussite autant que la mienne.

  • Marc dit :

    Nous ne faisons qu’Un. Cette unité explique cette « maxime ». Donc quand j’aide quelqu’un, c’est moi que j’aide, puisque lui et moi ne faisons qu’Un.
    Mais, me semble-t-il, on devrait, puisque l’autre existe aussi malgré le fait que nous ne sommes qu’Un, dire moi aussi.
    J’ai déjà vu aussi … tu recevras au centuple. Le même principe que je fais 1 pas et Dieu en fait 10.

  • Christine dit :

    Tout est un. Chaque action rejaillit sur la communauté humaine que ce soit en action ou en pensée. Assurer le succès d une personne élèvera la conscience de la personne aidante, de son taux vibratoire. Tout est énergie.

  • FAVRE Maurice dit :

    Il me semble que donner ou aider est l’affirmation que je ne manque de rien et que j’ai assez pour partager et donc l’univers reçoit cette certitude et y répond comme une photocopieuse.

  • marjolaine dit :

    PS 2 encore autre chose : cette pensée de neale traité de la reussite, pas de la reconnaissance. C’est vrai que quelqu’un qui a un projet visant le bien commun, et pas seulement sa pomme, aura plus de chances de réussir, car il recevra de l’aide d’autres personnes attirées par ce projet , mais pas forcément de la reconnaissance des gens qu’il aura aides sa récompense a lui sera en premier le developpement des capacités qu’il aura mis en oeuvre, puis les rencontres enrichissantes qu’il aura faites dans le cadre de ce projet. Comme on dit,  » un bienfait n’est jamais perdu « . Donc ne désespérez pas, de l’aide vous arrivera de quelque part, de la où vous ne l’attendiez pas.

  • marjolaine dit :

    PS la pensée de neale est aussi juste. Cf la prière de st francois, et le célèbre texte de mère Theresa : » si tu as faim, trouve quelqu’un a nourrir, si tu es triste, trouve quelqu’un a consoler… ». Ça veut dire que je peux mieux accepter ce qui m’arrive si je détourné min attention de moi pour la porter sur quelqu’un qui est dans la même situation. En agissant pour l’aider, je m’aide moi même car je me sens moins impuissante. Beaucoup de gens l’ont mis en pratique, par exemple en créant une association, telle cette femme dont les deux petites filles ont été tuees par un chauffard. Et c’est réversible : si je ne peux plus rien faire pour les autres, je peux toujours faire quelque chose pour moi. Vous voyez, c’est un équilibre a trouver.

  • marjolaine dit :

    Bonjour Marie France, oui votre expérience est amere, c’est exact que si on fait des choses pour les autres en attendant une reconnaissance, on risque fort d’être déçue , beaucoup d’histoires en temoignent. Vous connaissez peut être la pièce de Shakespeare, le roi Lear ? C’est tout a fait ça. Je pense que l’ordre des choses est celui ci : croire que dieu m’aime en tant que son enfant, donc inconditionellement, ce qui me permet de m’aimer de même , et par ricochet les autres de la même façon. Le mot reconnaissance a deux sens : donner de la reconnaissance est toujours possible, en recevoir est incertain. C’est pourquoi donner demande du discernement : est ce vraiment pour le bien de l’autre ou pour une raison personnelle , besoin de reconnaissance, culpabilité, instrumentalisation, fuite de soi même…une amie me l’avait dit : donner, ce n’est pas distribuer. Vous ne devez pas vous exclure, ce serait un marché de dupes. Essayez de rattrapper ce que vous pourrez, au lieu de sombrer dans l’amertume. Rappelez vous aussi le célèbre passage de st Paul :  » quand bien même je donnerai tous mes biens aux pauvres  » finalement, c’est l’amour véritable qui nous protège de nos propres tendances a l’excès ( contrairement a ce que je croyais auparavent par conditionnement).

  • Urbin dit :

    On fais les choses sans attendre quoi que ce soit en retour , quand les choses sont données avec amour il n’y a rien à attendre en retour , jamais . Tu t’es
    Mise seule dans cette situation et tu t’es dépouillée seule également …attendais tu de la reconnaissance que n’as pas eu ? Qu’elle belle expérience , je pense que tu devrais remercier pour cette leçon magnifique qui va t’en apprendre beaucoup plus sur toi que tout les discours du monde … essayes de trouver en toi la force de regarder qui tu es et quellle merveille te compose et quand tu l’aura trouvée , alors tu n’aura plus besoin de reconnaissance de qui que ce soit parce que tu sera ce que tu as trouvé et tu en aura conscience. Belle journée

  • Urbin dit :

    Tout simplement Parceque comme nous ne faisons qu’un , aider un autre à réussir c’est d’aider soi-même à réussir . Tout ce que nous expliquons a l’autre nous permet de prendre conscience de qui nous sommes et à quel stade de notre évolution nous en sommes , de révéler notre soi supérieur à nous même .🙏

  • Desmarais Marie France dit :

    De mon expérience de vie ,cette phrase est fausse .j’ai passé ma vie professionnelle et familiale à aider les enfants à grandir et à réussir, je suis seule sans maison ni habitation qui me convienne en retraite et ceux à qui j’ai tout donné y compris mes économies par pur don de soi eux t’oublient et je me suis même mise en danger d’aider les autres à réussir.

  • Crédits

    Auteur original des pensées :
    Neale Donald Walsch
    Traduction autorisée - Copyright © https://www.conversations-avec-dieu.fr

    Diffuser une pensée

    Vous êtes libre de diffuser les pensées gratuites, merci de citer la source avec un lien vers https://www.conversations-avec-dieu.fr

    Autres

    Contact
    Mentions légales
    CGV